Richard Dell’aiera
Née en 1989
Vit et travaille à Paris 


Né dans le Grand-Est d’une famille sicilienne, je suis photographe et artiste plasticien. Je me revendique d’une génération née avec « la télévision allumée en permanence », ce qui conditionnera ensuite selon moi mon attrait pour l’image, couplé avec la fascination communicative de mon père pour les grands peintres.
Ma pratique, d’abord multidisplinaire, s’oriente depuis plusieurs années vers la photographie et les pratiques numériques (manipulations et hybridations des médiums digitaux, usage de la 3D...). 


Ma démarche artistique est intrinsèquement liée avec l’imagerie cinématographique. J’entends par là tout ce qui est potentiellement cinématographique : musique, littérature, bribes de conversations entendues dans le métro. Comme ce qu’il nous reste d’une scène de film des années après l’avoir visionné : de simples fragments d’images, des couleurs, des ambiances, une combinaison spécifique d’éléments archétypaux.
Au fil du temps, de manière inconsciente, mon approche de l’image est devenue quête des origines de cette imagerie personnelle et collective. Ces traces fugitives finissent-elles par se mêler avec nos souvenirs et par influencer nos images mentales ?
Pour chacun de mes projets, je m’attache à jouer avec ces impressions mentales en m’interrogeant sur l’existence d’une mémoire cinématographique collective. Je construis ainsi des images où la fiction, l’espace mental et le réel s’interpénètrent. La déconstruction et la décontextualisation permettent la fabrication de nouvelles expériences sensorielles et visuelles.
La matière première qu’est le médium photographique ancre le travail dans le réel, tandis que les modifications formelles que j’inflige aux images, les amènent vers un tout autre espace de liberté, où l’expérimentation devient propice à faire surgir des images mentales résonnant avec des histoires et des émotions parcellaires comme des souvenirs lointains.

Diplômé de l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière, spécialité Photographie et de l’Ecole supérieure d’Art de Lorraine. 



Using Format